> AJOUTER AUX FAVORIS RSS

Toutes les créations sont sur Creatiblogs!

L'IRAN PR?T ? ?CHANGER DE L'URANIUM SUR L'?LE DE KISH

Posté le 12/12/2009 23:47:00 par Le Blog Finance [voir son site]





kish-iran_map_1.jpgCela ferait presque scénario d'un prochain James Bond. L'Iran est prêt à échanger en une seule fois, et sur l'île iranienne de Kish, 400 kilos de son uranium faiblement enrichi à 3,5% contre l'équivalent enrichi à 20%.


C'est en tout cas ce qu'a déclaré samedi le ministre iranien des Affaires étrangères Manouchehr Mottaki.


Quant à l'allusion à l'Agent de sa majesté, elle est loin d'être anodine, 007 étant parfois très au fait des diplomaties pétrolières et gazières des grands de ce monde.



"Nous sommes prêts à apporter 400 kilos d'uranium enrichi à 3,5% sur l'île de Kish pour l'échanger contre une quantité équivalent à 20% de cette livraison", a ainsi déclaré le ministre à Manama, cité par la télévision d'Etat en anglais Press-TV.


Précisons que le territoire n'a pas été choisi par hasard : il s'agit d'une zone franche qui possède sa propre législation  ... et sur laquelle a été inaugurée  récemment une bourse de produits pétroliers  qui pourrait à terme détrôner le dollar comme monnaie de cotation du baril de pétrole. Vaste   symbole  ....


L'échange pourrait avoir lieu "immédiatement" après que le groupe des "5+1" (les cinq membres permanents du conseil de sécurité de l'ONU plus l'Allemagne) ait donné son accord, a par ailleurs ajouté M. Mottaki.


Les Etats-Unis ont d'ores et déjà réagi en estimant que cette proposition ne présentait "rien de nouveau", voire même qu'elle "ne semblait pas conforme" à un accord permettant à la République islamique d'échapper à des sanctions.


Rappelons qu'en octobre dernier, les 6 Nations impliquées à plus d'un titre sur le dossier, avaient proposé à Téhéran un échange simultané de 1.200 kilos d'uranium faiblement enrichi contre le combustible enrichi à 20%. Volume dont l'Iran affirme avoir besoin pour faire fonctionner son réacteur de recherche.


Toutefois Téhéran avait refusé cette proposition, entraînant en guise de réaction la menace de nouvelles sanctions internationales à l'ONU.


A la mi-novembre, l'Iran a refusé un projet d'accord de l'AIEA qui prévoyait que Téhéran fasse enrichir par un pays tiers son uranium faiblement enrichi, en vue d'obtenir du combustible en échange. Les Iraniens semblaient alors se prémunir contre la stratégie occidentale visant à faire "sortir" du pays 1.200 kg d'uranium faiblement enrichi - soit 70% du stock total de l'Iran - afin d'avoir une vision plus précise des capacités iraniennes d'enrichissement.


Le volume de 400 kilos d'uranium désormais "avancés" par l'Iran est donc loin d'être neutre ...


Vendredi, les dirigeants des pays de l'Union européenne, réunis à Bruxelles, ont réaffirmé vendredi leur soutien à d'éventuelles sanctions du Conseil de sécurité en l'absence de coopération de l'Iran sur le dossier.


Des paroles qui ne semblent pas terroriser loin s'en faut Téhéran. Le ministre iranien des Affaires étrangères, Manouchehr Mottaki, affirmant ainsi samedi que la fait d'imposer des sanctions à l'Iran était illégal et contraire aux conventions de l'ONU. "Ce sera sans aucun effet", a déclaré tout net le diplomate aux journalistes, en marge d'une conférence régionale sur la sécurité dans le Golfe.


Le ministre a par ailleurs indiqué que son gouvernement était "disposé à reprendre le dialogue avec le groupe des 5+1".


Sources : AFP, Reuters


?


Lire la suite >
Notez cet article :

Madeinwork.com